fbpx

Actualités

Retour

Publié le : 21 décembre 2018

|

Main-d'oeuvre

OMCI: de nouveaux projets en 2019

En collaboration avec les Centres locaux d'emploi (CLE), les organismes d'employabilité, les commissions scolaires et les entreprises, le CSMO Textile propose un programme éprouvé visant à former une nouvelle main-d'œuvre en couture. Voyez comment cette formation peut vous aider à trouver du personnel pour votre entreprise.

Partager

Le métier d’opérateur et d’opératrice de machines à coudre industrielles (OMCI) représente 30% des besoins de main-d’œuvre envisagés par les entreprises du secteur textile. Il fait également partie des principales professions pour lesquelles des difficultés de recrutement sont envisagées.

Pour les travailleurs, la formation d’OMCI est une occasion de réintégrer le marché du travail grâce à un emploi garanti à l’issue d’un stage. La formation permet aux apprenants-stagiaires d’acquérir les habiletés nécessaires pour travailler dans la majorité des entreprises où la couture industrielle est requise, et ce, peu importe le produit fabriqué.

Écoutez le témoignage d’une participante.

Le projet de stages rémunérés en entreprise permet aux employeurs d’embaucher une nouvelle main-d’œuvre et d’investir de façon rentable dans le développement de compétences.

 

La formation en bref

  • Alternance travail-études
  • 450 heures de formation sur 13 semaines (226 heures de formation théorique et pratique, et 224 heures de stage)
  • Incluant des activités de soutien en lien avec l’intégration et le savoir-être en milieu de travail

 

Rôles des CLE et des organismes d’employabilité

La collaboration des Centres locaux d’emploi et des organismes d’employabilité des régions ciblées seront nécessaires pour la diffusion et la référence de candidats potentiels.

Les organismes d’employabilité diffuseront l’information quant à l’offre de stage rémunéré et proposeront des candidats potentiels. Ils seront responsables de l’animation des ateliers sur le savoir-être et l’intégration en milieu de travail, à moins qu’ils ne soient pas habilités pour le faire. Dans ce cas, les commissions scolaires prendront le relai. Des honoraires professionnels de la ressource affectée au recrutement des entreprises et des stagiaires sont prévus (72 heures par cohorte).

 

Rôle des commissions scolaires

Stagiaires et formateurs de la cohorte d’OMCI au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en 2018

Les commissions scolaires (services aux entreprises et formation continue) seront responsables de la diffusion de la formation quant à l’adaptation et la diffusion, de même que l’encadrement (coaching) et le suivi auprès des employeurs. Les activités de soutien pour assurer une meilleure intégration en milieu de travail seront assumées soit par un organisme d’employabilité, soit par la commission scolaire.

Les commissions scolaires collaboreront étroitement avec le CSMO Textile pour la promotion, les entrevues de sélection, l’adaptation et la diffusion de la formation, ainsi que le coaching en entreprise. Elles pourraient animer les ateliers sur le savoir-être et l’intégration en milieu de travail si les organismes d’employabilité ne peuvent le faire.

À la fin du programme, une attestation cosignée par le CSMO Textile et l’organisme de formation sera remise aux participants qui auront réussi le programme.

 

Rôle du CSMO Textile

Le CSMO Textile assurera un suivi téléphonique auprès des entreprises, un mois après la fin du projet, pour connaître le taux de rétention de la main-d’œuvre formée et savoir si elles vivent des problématiques depuis la fin du projet. Nous les recontacterons après 3 et 6 mois pour les mêmes motifs. Nous documenterons nos appels afin de suivre l’évolution du taux de rétention et tenir compte des remarques ou améliorations identifiées dans un éventuel projet,

Le coordonnateur de la formation du CSMO Textile élaborera le projet en tenant compte des besoins des entreprises impliquées (en aval), tandis que la responsable des communications apportera son apport pour la partie en lien avec la promotion. Une autre ressource (chargé de projets) pilotera les 2 cohortes, ce qui représente pour cette dernière 1 journée par semaine pendant 13 semaines pour chaque projet. Des frais de séjour s’avéreront nécessaires à certaines étapes du projet. Enfin, 10 heures ont été ajoutées pour la participation du chargé de projets aux entrevues de sélection. Ces coûts apparaissent au tableau de budget de la demande de subvention.

 

Rôle des entreprises

Les entreprises participeront à la promotion, aux entrevues de sélection et à la formation en nommant un formateur interne et en mettant tout en place pour faciliter l’accueil et l’intégration des stagiaires.

Diplômées (Tricots Maxime et Kanuk) et partenaires de la cohorte de Montréal-Ouest, en 2018

Stagiaires et partenaires de la cohorte OMCI de Rivière-du-Loup, en 2018

Représentantes de la cohorte OMCI de la Mauricie, en 2017

La formation

Modes d’apprentissage

La formation prend la formule d’un stage rémunéré en entreprise, donc d’alternance travail-études

  • 3 semaines d’apprentissage en classe, pour un total de 100 heures
  • 6 semaines en alternance travail-études à raison de 3 jours en classe
    (21 h) et 2 jours en entreprise (14 h) pour un total de 210 heures
  • 4 semaines d’entraînement avec supervision à raison de 35 heures
    par semaine pour un total de 140 heures

Suivi de l’apprentissage

Des activités pratiques seront tenues en cours d’apprentissage afin d’évaluer la maîtrise de la matière, de même que l’acquisition des compétences ciblées pour devenir Opérateur de machines à coudre industrielles. Le suivi sera consigné dans un cahier de stage et fera l’évaluation de plusieurs compétences. Il sera rempli par l’enseignant, le compagnon ou le superviseur, selon le cas.

Les formateurs

Pour agir comme formateur, le CSMO Textile s’alliera la collaboration des commissions scolaires des régions visées en raison de leur relation avec les entreprises, de leur accessibilité régionale et de leur intérêt dans le projet du CSMO Textile. Celles-ci seront soutenues et encadrées pour mener à bien ce projet.

Les responsabilités des commissions scolaires seront notamment:

– d’adapter le contenu de la formation aux besoins des entreprises, en utilisant notamment les outils développés au cours des précédents projets, tout en tenant compte des recommandations issues de ces derniers et de la récente analyse de profession d’OMCI;

– de diffuser la formation;

– de faire l’accompagnement en entreprise;

– de participer à la promotion et au recrutement.

Contenu de la formation

  1. Machines à coudre industrielles – 100 heures

  • Connaître les bases du fonctionnement des machines industrielles.
  • Connaître les différentes composantes à utiliser (grosseur des aiguilles, grosseurs de griffes, type de pieds guides et les styles de tissus à travailler).
  • Enfiler des machines à coudre industrielles.
  • Procéder aux ajustements des machines à coudre industrielles.
  • Procéder à des essais de production.
  • Procéder à des corrections des ajustements.
  • Procéder à l’entretien courant des machines à coudre.
  • Respecter les règles de santé et sécurité et d’ergonomie.
  1. Opérations de couture – 126 heures

  • Préparer de façon appropriée les machines à coudre industrielles.
  • Effectuer des piquages symétriques et parallèles.
  • Surjeter des contours.
  • Assembler des pièces identiques.
  • Assembler des pièces aux contours différents.
  • Sous-piquer des pièces assemblées.
  • Surpiquer des pièces assemblées.
  • Évaluer la qualité d’un piquage et d’un surjeté.
  • Respecter les règles de santé et de sécurité au travail.
  • Respecter les principes d’ergonomie.

À ces 2 premiers modules s’ajouteront 2 activités en lien avec les habiletés interpersonnelles totalisant 6 heures (voir les modalités d’encadrement).

  1. Formation pratique – 224 heures

  • Se familiariser avec la réalité de l’exercice du métier en situation réelle.
  • Intégrer les connaissances, les habiletés, les attitudes et les habitudes acquises durant la formation.
  • Prendre conscience des changements de perception qu’entraîne une pratique en milieu de travail.
  • Développer un entraînement à la tâche et une aisance dans l’intégration des compétences du programme.

 

Modalités d’encadrement

Afin de favoriser l’intégration de la personne en milieu de travail, quelques modalités d’encadrement et de suivi sont prévues. Tout d’abord, le stage en entreprise est supervisé par les enseignants pour 12 heures par participant à raison de 2 heures par semaine pendant 6 semaines, et ce, à compter de la 3e semaine. Cela permettra aux enseignants de montrer aux apprenants les mesures correctives à prendre dans le cas où les exercices pratiqués en classe ne seraient pas réalisés selon les standards fixés dans l’entreprise jumelée.

Chaque entreprise aura un formateur interne attitré à chacun des stagiaires qui assurera 20 heures de compagnonnage. Ce formateur est un compagnon ou un expert reconnu dans son milieu pour la maîtrise de son métier. Une formation pour les compagnons sera offerte pour les aider, à même le budget déjà disponible à cet effet.

De plus, à même les 226 heures de formation en classe, 6 heures seront consacrées à l’animation de 2 ateliers de 3 heures chacun sur le savoir-être. L’un portera sur les habiletés interpersonnelles et le deuxième sur la réussite en emploi. De plus, 2 heures par participant seront accessibles pour réagir en cas de problème d’intégration durant les 10 semaines de stages.

 

Contribution financière des entreprises

Des frais de participation au projet de 350 $ seront demandés aux entreprises non membres du CSMO Textile. Pour devenir membre et participer gratuitement à la formation, cliquez ici.

 

Communiquez avec Marc Olivier Kenmo, chargé de projet RH, pour plus d’information.

Avec la participation financière de:

Articles similaires